AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 In a wolder. [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Chuuut
Fondatrice
Fondatrice
Chuuut

Messages : 55
Date d'inscription : 10/09/2009
Age : 22
Localisation : TU me trouveras pas ! NAHHH ! =P

TES DADOUS
{ Liens:
{ Dédicaces:

In a wolder. [PV] Empty
MessageSujet: In a wolder. [PV]   In a wolder. [PV] Icon_minitimeDim 22 Mai - 12:08

In a wolder.

In a wolder. [PV] M-trac10

Tu prend entre tes doigts fin ta cigarette, souffle de tes lèvres empreintes d'un rouge à lèvres pulpant tirant vers le pourpre, un panache de fumée, la tient dans ta main. Tu jette un coup d'oeil derrière toi, fixe une ruelle au fond à droite, puis te retourne et part dans la direction opposé. Autour de toi, les boutiques des petits marchants se ferment après leur journée toujours aussi vide sans que leur caisse ne se soit remplis. Les stores descendent lentement, avec un bruit de ferraille rouillé et le quartier s'endort au fur et à mesure. Seuls quelques restaurants, bars éclairent encore la rue. Dans ta robe rouge, avec tes chevaux bruns qui te tombent tout le long du cou, descendent le long des tes épaules avec des boucles fermes, tu semble irréel. Tes talons laissent entendre un claquement sur la pavé qui recouvre la rue, tu soupire. Entrer dans un bar, continuait ta marche solitaire ? Tu hésite, reste planter devant un bar puis recule et part dans une autre ruelle pauvre, sans mine, où les bâtiment menaçaient de s'écrouler. En haut, d'une fenêtre, un maigre étendoir tente de tenir debout tandis que le linge lourd qu'il porte, est déjà sali par les murs environnants. Des briques sur le sols, des fenêtres, des volés cassés, déchirés. Tout semble mort et pourtant de temps à autre, on entend des cris, des lumières provenir des habitations. Tu sors de la ruelle, puis décide finalement d'entrer dans un bar qui, de première vue, semble coquet et chaleureux. Tu pousse la porte, le battant se referme derrière toi.

    - Bonsoir


Un homme au fond est assis à une table, lisant un journal, un café de la main droite. Un peu plus loin, un groupe d'homme, surement, en train de fuir leurs femmes, préférant boire un coup avec quelques copains du coin et oublier la vie comme elle est. Tu t'avance vers une table reculée, attend que quelqu'un vienne pour ton café. Personne. Tu t'impatiente, souffle sur la cigarette, puis al pose à terre et l'écrase de ton talon. L'homme du fond te jette un coup d'oeil. Toi non. Une femme aux épaules carrés, à l'air dure mais doux, habillé d'un simple tablier blanc, arrive prés de toi, te demande ce que tu veux. Tu lui réponds un café et au bout de quelques minutes, tu le bois, inspirant chaque goulée chaude qui te brûle la gorge. Tu fouille dans ton sac, attrape un papier, le lit quelques minutes puis le repose et observe les autres clients. Le barman, discret, essuyait de sa main droite les verres puis les entassait. Tu te demandais comment était leur vie. Toujours faire les mêmes gestes, voir en permanence les autres, les servir alors qu'eux ne viennent que pour parler et fuir la solitude. Ton regard balaye la salle, il reste trois tables vides. Sur la gauche, tu viens d'apercevoir une femme, l'air mûre, surement sûre d'elle, déjà épanouie dans sa vie et puis un soir, tout se brise et sa vie prend une fin. Oh, peut-être avait-elle un foyer, des enfants et qu'elle n'en n'a plus. Ou juste que son mari la trompe et qu'elle vient se noyer dans l'alcool. Tu demande un verre à la serveuse. Toi aussi, tu aimerais bien te noyer. Tu attrape ton verre, goûte des tes lèvres, l'alcool fort et en prend une gorgée.

    - Il est quelle heure madame ?


La serveuse n'entend pas mais la dame du fond, elle, te regarde et te dit d'une voix sourde, le regard ensommeillé.

    - Deux heures du matin, Demoiselle ...


Tu la remercie, retourne à ton observation. Tu hésite à prendre une autre cigarette. Non, finalement non. Tu bois de ton alcool, passe ta main dans tes cheveux, et fixe la porte du bar puis la rue qui se meurt. L'aube ne viendra pas de suite, il te reste encore quelques heures. Un sourire vient éclairer ton visage.


Dernière édition par Chuuut le Dim 22 Mai - 13:35, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maolis-horly.forumactif.org
Eileen Zelda
Fondatrice
Fondatrice
Eileen Zelda

Messages : 82
Date d'inscription : 11/09/2009
Age : 23
Localisation : Très Loin de toi...

TES DADOUS
{ Liens:
{ Dédicaces:

In a wolder. [PV] Empty
MessageSujet: Re: In a wolder. [PV]   In a wolder. [PV] Icon_minitimeDim 22 Mai - 13:08

In a wolder. [PV] Avtaylormomsenma5 In a wolder. [PV] Avtaylormomsenma3
CHANT UN
Si on ne reviens pas, je te lègue ma Porche !
RYAN Putain Calla ! Mais ta quoi dans le crâne ?! Tu crois que c'est en te shootant qu'elle va revenir ?! Elle serait plus que déçu par ton comportement de gamine !
CALLAMAIS QU'EST-CE QUE TU ES SAIT ?! TU ES AVEC ELLE, ELLE TE PARLE ?! NON ! Alors, moins que tu sois devenu un Medium ne dis plus jamais ce qu'elle pense de mon comportement !

J'attrape rapidement mon sac à main qui était posé sur le canapé et me dirige droit vers la porte d'entrée, lui tournant le dos. Je l’entends me demander où je vais, je ne réponds pas, j'ouvre la porte et la claque derrière moi. Je me dirige vers les escaliers et les dévales rapidement ne voulant pas qu'il me poursuive. J'arrive dans le Hall d'entrée et pousse la porte pour aller dans le monde extérieure désirant m'échapper de son emprise. Je ne pouvais plus le supporter, depuis que notre mère nous a quitter, il me materne plus qu'il ne le devrait. A croire qu'il n'a jamais eu 18 ans et qu'à cet âge on a besoin de liberté. Je remonte la bretelle de mon sac qui tombe sur mon épaule et accélère mon pas avant de disparaître dans une ruelle à ma gauche.

Je portais un slim noir avec des talons haut, ainsi qu'un tee-shirt tout noir qui par dessus j'avais mis ma chemise à manche demi-courte qui avait des motifs en carreaux rouges-noirs. Mes cheveux blonds volaient avec la brise qui soufflait. Ce n'est qu'après plusieurs minutes de marche que je me rendis compte que les magasins fermaient les uns après les autres et que seuls les restaurants, bars donnait un peu de vie au quartier. Les lampadaires éclairaient faiblement le sol dallé mais la lumière des appartements ou des commerces encore ouverts compensait le manque de luminosité. Même si la nuit tombait sur le pays, il ne faisait pas froid, bien que la température baissait, mais à cette époque de l'année rien de bien surprenant. Je passe une main dans mes cheveux et pousse un soupire en repensant à Ryan. Je savais pertinemment qu'il ne faisait pas ça pour m'embêter mais pour me protéger, chose que j’appréciais mais qui devenait peu à peu soulant. Je décidai de ne plus penser à lui, et de profiter du temps qu'il me restait avant de rentrer et d'avoir une nouvelle dispute.

Je regardai ma montre qui m'indiquait 2h00 du matin et décida de rentrer dans un bar pour boire quelque chose et pourquoi pas faire des rencontres. Décidé, j’accélérai ma marche savant très bien où j'allais me rendre. Je pris la ruelle à ma gauche et tomba sur le bar où j'avais pris l'habitude de traîner, autant dire, que j'étais une habitué, et que les serveurs me connaissais. J'ouvris la porte et pénétra dans le bar.

La musique rendait la pièce plus joyeuse, les lumières dansaient sur les murs blancs. Je me dirigeai vers le bar, m'asseyant non très loin d'une femme brune que je ne pris pas la peine de dévisager. Je fis un signe de tête amical à la serveuse qui me rendit un sourire. Je pris une bière pour me remonter le moral et dévisagea la salle familier essayant de repérer quelqu'un que je connaissais mais en vain, ce soir il n'y avait personne.
Je portai la bouteille à mes lèvres et laissa le liquide se répandre dans ma bouche avant de couler dans ma gorge. Je la repose sur le comptoir et cherche quoi faire. Je pouvais bien allée draguer un mec ou bien jouer au billard mais rien ne me tente vraiment. Je pousse un soupire et dérive mon regard vers la droite. La jeune femme brune se tenait toujours à côté de moi et cette fois je pris la peine de la détailler. Elle portait une jolie robe rouge qui lui allait à merveille et ces cheveux bruns bouclé lui tombait plus bas qu'au niveau de ses épaules. Une idée germe alors dans ma tête et s'en perdre de temps, la met en place.

CALLA ▬ L'alcool soulage nos douleurs pendant un bref moment.

_________________
    [ LE MONDE S'ELOIGNANT ET L'APOCALYPSE ME DEFIANT ]

    In a wolder. [PV] F3hxkg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chuuut
Fondatrice
Fondatrice
Chuuut

Messages : 55
Date d'inscription : 10/09/2009
Age : 22
Localisation : TU me trouveras pas ! NAHHH ! =P

TES DADOUS
{ Liens:
{ Dédicaces:

In a wolder. [PV] Empty
MessageSujet: Re: In a wolder. [PV]   In a wolder. [PV] Icon_minitimeDim 22 Mai - 14:06

Une jeune femme entre. Juchée sur ces talons hauts, avec sa chamise flamboyante à carreau, ses cheveux blonds cascadant sur ces épaules, ce maquillage noir autour de ces yeux et cet air de revêche, énervée. Tu lève les yeux vers elle, puis reprend une gorgée d'alcool. Tes yeux se ferment puis se rouvrent. Tu sens le sommeil te gagnait et tes jambes deviennent lourdes. Combien de verres as-tu enfilés ? Quatre, cinq, plus peut-être. Tu bats des paupières, met ta main sur ta tête essayant d'oublier la migraine qui te vient. Tu le sais pourtant bien que tu as mal à la tête très rapidement. Tu sors une boite de ton sac, l'ouvre avec peine, en sort un étui et avale un gélule. Tu le sais très bien que tout ce que tu fais est tout à fait ridicule et ne sert à rien. Tu n'avais pas à boire, c'est vrai mais c'était si tentant après toutes ces journées qui ne se termine jamais. Tu remet la boite dans ton sac, le ferme puis le pose prés de toi, sur la banquette. Pendant ce temps, la jeune femme qui venait d'arriver, avait souri à la vendeuse. Elle devait surement la connaitre. Elle devait venir souvent. Mais pourtant, elle semblait si jeune ... Tu avais maintenant vingt-quatre ans et tes nuits étaient toujours blanche, l'insomnie si présente que tu venais régulièrement dans la rue ou dans des bars y trouver un peu de chaleur ce qui arrivait rarement puisqu'un bar était aussi triste que la rue noire de dehors. Tu jette un coup d'oeil à la rue où tu étais tout à l'heure, regarde une lumière qui s'allume au dernier étage puis s'étend. Quelques ombres passent, furtives. Tu entends alors une voix de femme. Tu tourne la tête. La jeune fille. Tu ne réponds pas tout de suite. Oui, elle a raison mais qui était en faute réellement ? L'adulte, qui prend conscience des ces actes ou la jeune fille, qui tout juste majeur, se soûle très tard dans la nuit ? Tu soupire et ta voix résonne dans la bâtiment.

    - C'est bien vrai. Mais vous êtes jeunes, si je me trompe, et c'est plutôt à vous que vous devriez vous dire ça. Je pense être plus mur que vous et savoir où m'arrêtez.


Ta voix se fait grinçant à la fin. Tu tourne les yeux et regarde la tapisserie colorée des murs, toute fleurie, avec ces couleurs chaudes. L'ombre de la serveuse allant vers les autres clients, se met sur le mur. Le barman est toujours attablé, à nettoyer ces verres, le regard vide. La musique qui se chantonne te rappelle quelques souvenirs de jeunesse. De ta jeunesse perdue, qui ne vit plus et de tous ces gens qui ont disparu. Vit-on, s'attache-t-on pour ensuite se séparer ? Oh tu te rappelle bien de Jason, ton meilleure amie qui était devenu tout autre chose. Jamais tu ne lui avais dit et pourtant il le savait. Mais tu en avais tellement des Jason, des garçons que tu lâchais du jour au lendemain sans raison pour en prendre un autre et t'amuser à nouveau. Tu étais jeune et insouciante, belle et gentille, avec un air naïf. Tu as bien changé depuis, tu es devenu manipulatrice, une toute autre femme aux paroles dures. C'est une belle jeunesse où tout le monde voyait le monde en rose. Puis lorsqu'on comprend que tout change autour de nous, on tente de s"agripper à ce qui reste mais tout disparaît et on se retrouve seul. So alone comme aurait dit Jason avec son accent américain et son air rêveur. Oh parfois, il te manquait mais il ne te reconnaîtrait jamais, tu le savais. Tu te lève, te rattrape à la table sous l'effet d'un étourdissement, jette un regard au barman puis t'approche, faisant claquer tes talons, tes cheveux se balançant à ton mouvement.

    - Hum, dites, vous savez où se trouvent l'avenue Back stone ?


On t'avait indiqué cette rue où demeurait un hôtel pas cher, un peu miteux mais avec des chambres correctes. Tu étais partie la veille d'un bourg de campagne où tu avais eu quelques affaires à régler. Tu repose la question au barman, qui n'avait pas entendu, toujours dans les vapes. Il lève les yeux, pose ces verres et son torchon, montre du doigt la ruelle en ajoutant qu'il faut prendre à gauche puis à droite. Tu murmure un merci, puis repart à ta table. Tu n'as pas encore trouvé l'envie de sortir. Tu préfère rester sur ta banquette confortable, attendant que le temps passe et que les minutes s'écoulent. Il est peut-être trois heure. Tu ne sais pas. Demander ? Tu n'en trouve pas le courage puis qu'importe ! Que le soleil se lève ou que tu reste ici. Qu'importe. Personne t'attend, personne ne viendra te chercher. Tu jette un coup d'oeil à la jeune femme qui t'avait adressé la parole tout à l'heure. Tu détaille son regard noire, ses chevaux blonds, son visage fin. Tu n'avais pas été comme sa à cette époque, pas avec cet air de rebelle. Maintenant, peut-être un peu. Tu avais envie de draguer, de te faire un homme cette nuit mais dans ce miteux bar, à part le jeune homme du fond. Pourquoi pas ? Et puis non, cela signifie se lever. Le mal de tête se dissipe un peu. Ton verre, sur le côté, traîne vide et la serveuse vient le prendre. Tu t'ennuie, tu décide de choper une cigarette. Plus de feu malheureusement. Mais le jeune homme du fond, lui en a. Tu te lève, prend une clope, t'avance vers le jeune brun, lui fait un sourire adorateur, t'approche.

    - Vous auriez du feu par hasard ?


Il lève les yeux de son journal, te sourit et tu t'approche tandis que son briquet se déclenche. Tu repart, avec ton claquement habituel et t'assoit. Tu tire une bouffée, sourit. Le temps passe. Tu regarde le plafond maintenant, ne sait plus quoi faire et t'ennuie. Le temps est bien long vraiment. La serveuse te regarde et soupire en voyant l'ancien mégot par terre, elle ne vient pas. Je ne fais rien. C'est bien son boulot, non ? Tu tourne le regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maolis-horly.forumactif.org
Contenu sponsorisé




In a wolder. [PV] Empty
MessageSujet: Re: In a wolder. [PV]   In a wolder. [PV] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
In a wolder. [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maölis Horly :: { CENTRE :: •• L'Oasis-
Sauter vers: